• Isabelle

63/ Enchaînement Ardha Matsyendrasana

Souvenez-vous à la fin du post 44/, nous vous parlions de Matsyendrasana comme une posture en elle-même liée à Matsya le poisson. Etymologiquement nous avons : Ardha = moitié, Matsya = le poisson, Indra = l'Âme ou l'Être conscient.

Si on réunit le tout : posture du sage Matsyendra, avec une jambe allongée.

Pour rester dans les légendes et les symboles, voici un peu plus d'explications sur ce sage à travers l'enseignement de Shri Mahesh.


Pour connaître la signification réelle de Matsyendrasana, il faut remonter à la civilisation pré-védique de l'Inde ancienne et plus particulièrement à un document unique : le Sceau de Pashupati ICI.

Pashu = animaux mais aussi créatures, ceux qui ont besoin d'un guide - Pati = maître, c'est-à-dire celui qui n'a plus de liens, qui n'est plus asservi par aucun lien mais aussi le gardien. Pashupati est donc le protecteur qui garde le troupeau, le Seigneur, le Maître des créatures, de "tous les êtres animés par le souffle vital", "le Seigneur des âmes liées".

En fait, Pashupati représente une des formes de Shiva, non plus le destructeur mais l'archétype du gardien du troupeau.


La mythologie nous révèle que Shiva, dans un état de profonde méditation est assis, tournant le dos au lac Manasarovara (1) dans l'Himalaya (2). Tous les êtres humains et les animaux alentour, ainsi que les poissons du lac, voulaient recevoir la sagesse transmise par la puissance de son silence mystique. De par cette force, il a été reconnu le premier des Gurus (3).

Le dos face au lac, et donc à ses habitants les poissons, il entendit un cri de désespoir provenant de ces derniers qui ne pouvaient le voir dans tout son rayonnement.

Shiva tourna alors la tête, les épaules et le buste, et prit naturellement la posture de Matsyendra afin de faire face au poissons.

Depuis ce temps, on appelle cet asana Matsyendrasana, car avec la souplesse du poisson (Matsya) Shiva tourne le corps de tous côtés pour diffuser la lumière de la Connaissance (Shiva sous la forme d'Indra).

L'esprit vif comme l'éclair, le corps souple comme le poisson, il devint Matsyendra.

L'esprit baigné dans la contemplation, Shiva incarna le Seigneur de tous les animaux.


Plusieurs sages, à différentes étapes de l'histoire, ont ensuite pris ce nom de Matsyendra, exprimant ainsi cette qualité de maître.


Nous vous présentons ici une des formes les plus simples de la posture car il y a beaucoup de variantes. Avant de la pratiquer, il est très important de bien vous échauffer avec, par exemple, le chat, la salutation au soleil... Elle peut venir à la suite des posts précédents de postures assises. En effet cette posture est une torsion et souvenez-vous du post 33/ Makarasana : avant et après toute torsion, le corps doit être étiré, absolument étiré. Pour aller dans ce sens, nous vous proposons de finir l'enchaînement par Paschimottanasana cf post 59/.


Bien sûr, la posture est contre-indiquée en cas de sciatique, lombalgie, hernie discale, prothèse de hanche, problèmes de nuque, vertiges, genoux fragiles... soyez vraiment vigilants.

(Sources : Yoga et symbolisme p. 215 de Shri Mahesh - Ed du Rocher ; Revue Yoga et Vie n°49 & 50 éditées par le CRCFI - Namaskar n°49 éditée par la FFHY)

(1) Manas = le mental, Sarovara = la profondeur du lac ou de la mer, la profondeur du lac intérieur

(2) sa demeure avec son épouse Parvati

(3) Guru = l'enseignant, celui qui transforme l'ombre en lumière, celui qui aide les Pashu à devenir des Vira, des héros cf post 59/

0 vue

© 2017 Yogagliardi - par Isabelle Gagliardi • Professeur de Yoga, gestion du stress, massages Ayurvédiques • isabelle@yogagliardi.fr • Tél. : 06 12 27 17 05